Danse

Châtenay-Malabry

Danse

A Love Supreme

(c) Anne Van Aerschot

Infos pratiques

Coltrane suprême

Le 9 décembre 1964, dans un studio du New Jersey, John Coltrane au saxophone ténor, McCoy Tyner au piano, Jimmy Garrison à la contrebasse et Elvin Jones à la batterie enregistrent en une prise l’un des chefs-d’œuvre de la musique du XXe siècle, tous styles confondus : A Love Supreme, jazz mystique à l’invention permanente, le plus accessible et le plus vertigineux des albums de Coltrane, juste avant qu’il ne bascule dans un autre monde où tous ne le suivront pas. En 2005, Anne Teresa De Keersmaeker et Salva Sanchis osent l’impensable : une chorégraphie à quatre sur la musique rituelle du quartet. En 2018, à l’occasion du portrait que consacre à la danseuse chorégraphe le Festival d’Automne à Paris, A Love Supreme revient sur le plateau, chorégraphie réécrite, vivifiée pour un quatuor de jeunes danseurs. C’est un carré magique vêtu de noir et cependant intensément lumineux, quatre toujours en mouvement s’incarnant un par un dans chacun des instruments ou s’emparant en groupe de la transe commune, sans jamais imiter, sans jamais s’abstraire de la réalité musicale. « Danser, c’est toujours écouter ! Comme j’écoute, je danse. La différence, ici, c’est la vitesse. Beaucoup de notes chez Coltrane, n’est-ce pas ? Il faut traduire cela dans la danse si l’on veut rivaliser avec cette vitesse émotionnelle. »

A Love Supreme

Me rappeler cet événement

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels