Théâtre

Saint-Cloud

Lutte ouvrière

A plates coutures

DR Xavier Cantat

Au malheur des dames

Au théâtre comme au cinéma, les meilleures histoires ne sont pas toujours les plus spectaculaires, les plus héroïques pas nécessairement les plus viriles. Certes, il y faudra toujours un peu de charme glamour et de luxe affriolant, on ne refait pas une civilisation en un tournemain. Et sur cette question, À plates coutures ne manque pas d’argument. Mais le réel, saisi au ras du quotidien, vous fournit parfois des sujets en or – ou comme ici, en satin et dentelles. Au début de notre siècle économiquement enchanteur, le sous-vêtement se porte mal, les soutiens-gorges Lejaby sont dans le rouge… Fonds de pension, fermeture d’usines, lutte finale des ouvrières, ce sont leurs paroles, recueillies par Carole Thibaut, qui constituent la trame de cette pièce de théâtre musical mise en scène par Claudine Van Beneden. Quatre femmes assises racontent leurs années de savoir-faire, leurs vies entières à travailler, un peu pour le regard des hommes sur le corps féminin, et beaucoup pour leur propre regard sur la dignité ordinaire. L’homme est debout, il en personnifie beaucoup qui ont le pouvoir, menacent, et trahissent. Dans cet affrontement toujours vivace, il y a la vérité de l’usine et des avenirs qui s’enfuient, il y a de la musique, des chants et des rages, des rires et des banderoles, tout « ce que ça raconte de nos humanités et de nos vies dans cette société que nous continuons à coudre malgré tout jour après jour. À plates coutures. » Qu’une pièce qui parle d’ouvrières dans l’ombre et d’entreprise exsangue soit portée par la compagnie Nosferatu ne manque pas de sel…

A plates coutures

Me rappeler cet événement

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Sur le même thème

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels