Festival - Evénement

Sceaux

Nuit européenne des Musées

Arriverez-vous au temple de la gloire ?

,

Infos pratiques

Samedi 19 mai de 20h à 23h
Grand jeu de l’oie vivant dans l’Orangerie
Visite libre du Château

A l'Orangerie de Sceaux, un jeu de l'oie grandeur nature vous invite à plonger dans l'univers des divertissements de cour de la duchesse du Maine. Une belle idée de sortie pour la Nuit des musées le 19 mai.

Un jeu de l’oie paysagé à échelle humaine occupera toute la longueur de la nef pour la Nuit européenne des musées. Ceux qui l’emprunteront le 19 mai connaîtront joies et malheurs, au hasard de leur progression sur leplateau de jeu : certains arriveront au temple de la gloire, tandis que d’autres chuteront malencontreusement- sans se blesser - au fond du puits.

Un classique de la cour de Sceaux
En 1714 puis en 1715, les proches de la princesse insomniaque organisent à Sceaux des divertissements nocturnes pour tromper son ennui. Seize Grandes Nuits associent ainsi théâtre, musique, danse mais également jeux de société, dont le « jeu de la conversation », variante oubliée du jeu de l’oie. Celui qui appartient aujourd’hui aux collections du Musée du Domaine départemental de Sceaux, daté du milieu du XVIIIe siècle, illustre donc l’une des occupations favorites de cette cour lettrée. Son plateau comprend 87 cases. La dernière forme l’entrée d’un jardin orné de treillages, d’une fontaine et d’une sculpture, d’une « salle de la conversation », qui matérialise l’objectif à atteindre. D’après la règle, « ce jeu se joue comme le jeu de l’oie avec deux dés ». Le règlement dit ensuite « qu’on convient d’abord de ce qu’on joue ». Des mises, de l’argent peu être,mais sous forme de jetons, puisqu’avant de pouvoir jeter les dés ,le règlement dit que chaque joueur doit « mettre à la masse un jeton ».

L’art difficile de la conversation
Les dés désignent la case où le joueur va poser son pion. Si elle est ornée d’un papillon, il double le nombre désigné par les dés. Les cases ordinaires comportent un texte. « Une épreuve que le joueur doit surmonter pour poursuivre son parcours, selon David Beaurain, chargé de recherches et d’études au musée. Par exemple,trouver un bon mot ou une saillie d’esprit. Certaines cases mettent le joueur à l’amende. Des « écueil[s] ordinaire[s] en la conversation », ornés d’un losange et d’un oeil, sur lesquelles il faut payer un jeton, passer son touret retourner à la case précédemment occupée. D’autres, avec une main tenant un losange, permettent d’éviter les cases de l’écueil ordinaire. Pour cela, il faut payer et se placer sur la case indiquée. D’autres cases encore sanctionnent le joueur. C’est ainsi qu’à la case 58, il doit payer un jeton et retourner à la case 40 « pour apprendre à parler plus juste » comme l’explique le règlement. » Les joueurs sont mis en garde : « le nombre de cases désavantageuses est plus grand que celui des cases favorables parce qu’il est plus ordinaire de faire des fautes en conversation que d’y mériter des louanges ».
Clin d’oeil à ce souvenir d’une cour dédiée à la fantaisie et d’une princesse férue de jeux d’esprit, le jeu de l’oie grandeur nature ravira petits et grands. •

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels