vallee culture: Goethe et Chateaubriand

Exposition - Conférence

Châtenay-Malabry

Goethe et Chateaubriand

Weimar, une des maisons de Goethe

Une rencontre inédite dans la maison et le parc de l’écrivain Par Patrick Amine

À l’occasion du 250e anniversaire de la naissance de Chateaubriand un ensemble de 50 dessins et aquarelles de Goethe et Tischbein provenant des collections de la Fondation Weimar Classique, est présenté pour la première fois jusqu’au 19 août à la Maison de Chateaubriand, à Châtenay-Malabry. C’est la première fois qu’est organisée en France une exposition consacrée à Goethe en tant que paysagiste.

C’est d’abord l’histoire d’un rendez-vous manqué. Goethe (1749-1832) et Chateaubriand (1768-1848), ces deux grands contemporains, ne se sont en effet jamais rencontrés. Officier dans l’armée prussienne lors de la bataille de Valmy, en 1792, l’auteur des Souffrances du jeune Werther et des Affinités électives écrira dans la Campagne de France : « Aujourd'hui s'ouvre une ère nouvelle de l'histoire du monde ». En 1792, Chateaubriand, lui, n’a que vingt-quatre ans. Il participe à la levée du siège de Thionville, puis se dirige vers Verdun où Goethe l’a précédé. Il écrira : « Extrêmement affaibli, et ma gênante blessure ne me permettant pas de marcher qu’avec douleur, je me traînai comme je pus à la suite de ma compagnie qui bientôt se débanda. »

Goethe est déjà alors le grand écrivain européen et ses œuvres circulent largement. En octobre 1808, il rencontrera Napoléon qui le fait chevalier de la Légion d’honneur lors de sa visite à Erfurt. Il ne prend connaissance de l’œuvre de Chateaubriand que quelques années plus tard, en 1812, en lisant le Génie du Christianisme et René. Dans ses Conversations avec Eckermann, il le présente comme un rhéteur de grande envergure…

Chateaubriand a, pour sa part, reconnu l’influence de son aîné, mais en la limitant dans le temps : « Dans ma première jeunesse, Ossian, Werther, Les Rêveries du promeneur solitaires… les Études de la nature, ont pu s’apparenter à mes idées ; mais je n’ai rien caché, rien dissimulé du plaisir que me causaient des ouvrages où je me délectais. »

Affinités

« Chateaubriand et Goethe –en dépit de tout ce qui les séparait – ont eu tous les deux une réflexion littéraire sur la nature, picturale et littéraire dans le cas de Goethe, qui a complété ses écrits par des dessins de voyage, explique Bernard Degout, directeur de la Maison de Chateaubriand et commissaire de l’exposition avec Hermann Mildenberger, directeur des collections de dessins de la Fondation Weimar, et commissaire invité. Chateaubriand a parcouru les mêmes paysages que Goethe : la Suisse, l’Italie et la Bohême. Tous deux partent de l’observation et tous deux sont influencés par la grande peinture de Poussin et du Lorrain, et investissent d’une certaine manière similaire les paysages de leur intériorité. »

Ainsi en Sicile, l’auteur de Werther découvre les folies du prince Pallagonia (1722-1788), situées dans les jardins de Bagheria, où le fantastique des figures monstrueuses et la vérité des choses vues se télescopent dans son esprit. Il trouve que la fontaine de Palerme doit être rangée parmi les ancêtres de la démence pallagonienne ! Goethe qui dessinait tout le temps pendant son voyage en Italie (3) de 1786 à 1787 – qui a donné lieu à un recueil publié trente ans plus tard (1816, 1817 et 1829) et où il relate toutes les villes visitées avec leurs caractéristiques particulières - évoque son goût pour le dessin dans un bref texte édité en 1821 : « J'ai pensé depuis longtemps que le dessin est souvent mentionné dans mes confessions, dans les renseignements que j'ai donnés sur le cours de ma vie, si bien que l'on pourrait demander non sans raison pourquoi donc rien de satisfaisant au point de vue artistique n'a pu sortir de ces efforts répétés et de cette permanente prédilection d'amateur. »

Chateaubriand, lui, a également livré ses réflexions sur le dessin dans une (pseudo) lettre de 1797 : « En général, les paysagistes n’aiment point assez la nature et la connaissent peu. (…)  « Le peintre qui représente la nature humaine doit s’occuper de l’étude des passions : si l’on ne connaît le cœur de l’homme, on connaîtra mal son visage. Le paysage a sa partie morale et intellectuelle comme le portrait ; il faut qu’il parle aussi, et à travers l’exécution matérielle on éprouve ou les rêveries ou les sentiments que font naître les différents sites. »

« À partir de cette alchimie qui part de l’observation de la réalité, et s’appuie sur la grande tradition classique, Goethe comme Chateaubriand font état de ce qui relève de leur moi profond », souligne Bernard Degout.

Convergences et divergences

L’exposition de La Vallée-aux-Loups présente ainsi 46 œuvres de Goethe et quatre œuvres de Tischbein, l’ami peintre qu’a rendu célèbre le fameux tableau de Goethe dans la campagne romaine. « Les textes de Chateaubriand seront imprimés sur des bâches dans le parc, car les espaces intérieurs ne permettent la juxtaposition de tout cet ensemble et de les réunir. Le parc étant une œuvre à part entière de Chateaubriand, ils y ont totalement leur place. Le visiteur pourra découvrir en écho, dans la maison, des agrandissements photographiques de la maison de jardinier de Goethe et de son parc à Weimar. Le parallélisme établi entre les perceptions des paysages de ces deux grands auteurs met en évidence, pour reprendre une expression de M. Mildenberger, des tangentes et des divergences. Car s’ils ont des passions communes, les deux hommes sont aussi très différents. On pourrait presque dire que leurs mondes ne sont pas les mêmes. Quand Chateaubriand se rend à Berlin, il évite de s’arrêter à Weimar… »

Patrick Amine

 

Notes :

(1) Goethe, Écrits autobiographiques – 1789-1815, Annales, Campagne de France, Siège de Mayence, Entretien avec Napoléon, Ed. Bartillat, 2001.

(2) Conversations de Goethe avec Eckermann, Première parution en 1941, Trad. de l'allemand par Jean Chuzevil, Nouvelle édition revue et préfacée par Claude Roëls en 1988.

(3) Goethe, Voyage en Italie (Ed. Bartillat, 2003)

Goethe et Chateaubriand

Me rappeler cet événement

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels