Exposition - Conférence

Boulogne Billancourt

Pauline et Paul

Jardin Minéral

@Alain de Baudus - Buste grillage (Extrait)

Jusqu’au 20 octobre, le musée Paul-Belmondo de Boulogne accueille parmi ses collections les sculptures subtiles de Pauline Ohrel.

L’été dernier, Pauline Ohrel avait déjà participé à l’exposition d’œuvres d’art en extérieur, La Vie terrestre, au Domaine national de Saint-Cloud. Le monumental cède cet été le pas à une certaine intimité dans le cadre de ce Face(s) à face(s) présenté au musée Paul-Belmondo en partenariat avec la galerie boulonnaise Mondapart. Un face à face nourri de « respect et de grâce » entre deux classicismes, celui de l’hôte des lieux, « dernier grand sculpteur classique du XXe siècle » et celui d’aujourd’hui de la sculptrice invitée. Un dialogue silencieux s’établit, qui semble prendre le tour de deux conversations distinctes. Immédiate, la relation des bronzes de Pauline Ohrel, coulés après modelage, avec ceux de Belmondo, introduit autour de l’œuvre hiératique du grand ancien une souplesse des sens, une extension des figures et des poses, une fraternité de lignage, qui sait. Tout autre est le contraste avec les œuvres récentes de la sculptrice, qui usent du grillage comme du contour des songes. Les figures les plus imposantes ne pèsent soudain plus rien, tout un jeu de pleins et de déliés, du dedans et du dehors, s’instaure : le face à face devient une confrontation paisible d’ombres portées et de lumières traversantes. « Dans mon travail sur le grillage, j’explore les frontières du dessin et du volume. L'ambiguïté que permet la transparence du matériau, en jouant sur les perspectives et les perceptions, efface ou suggère l'enveloppe. »

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels