Théâtre

Nanterre

Théâtre

Le Festival d'automne passe le périphérique

Laetitia Dosch - HATE © Dorothe´e Thebert Fillige

Infos pratiques

Théâtre de Gennevilliers, du 20 septembre au 8 octobre

Les deux centres dramatiques nationaux des Hauts-de-Seine sont partie prenante d’une sorte de Festival d’automne « hors Paris ».

Le Festival d’automne à Paris est né pluridisciplinaire et d’avant-garde en 1972 pour ouvrir des fenêtres sur le monde, pour « faire venir, déclarait Bernard Sobel, de pays étranges et étrangers des choses importantes, afin de remettre en question l’impuissance du théâtre français avec ses vieux moyens devant les questions nouvelles qui se posent ». Les temps ont changé, entre un peu et beaucoup, les fenêtres s’ouvrent presque partout et le croisement des disciplines et des créateurs n’est plus réservé à une élite. Rassemblant aujourd’hui 250 000 spectateurs sur une saison, le festival demeure cependant nomade puisque, sans lieu spécifiquement dédié, la cinquantaine de manifestations parcourt l’Île-de-France. Cette année et pour en rester au théâtre, les Amandiers de Nanterre programment La Reprise, l’une des Histoire(s) du théâtre selon Milo Raum, « la plus ancienne forme d’art de l’humanité » ; et Hate, duo d’égal à égale, nu et à cru, entre la rebelle Laetitia Dosch et le cheval Corazon, dans une scénographie de Philippe Quesne. Le Théâtre de Gennevilliers lève, lui, les paravents de soie sur les nouvelles scènes japonaises dans le cadre de la saison culturelle Japonismes 2018 : The Dark Master et Avidya, l’auberge de l’obscurité, de Kurô Tanino, puis Un fils formidable, où Shû Matsui imagine la création d’un État indépendant entre les murs d’un appartement. Comme s’il fallait le paradoxe des huis clos pour s’ouvrir à la création contemporaine, sensuelle, burlesque, sulfureuse ou poétique.

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels