Théâtre

Sceaux

Le Marchand de Londres

DR

Infos pratiques

Fidèle parmi les fidèles des Gémeaux à Sceaux, Declan Donnellan est – avec tout le respect qui lui est dû – un drôle de gaillard.

Sa rondeur bonhomme, son sourire désarmant ne parviennent pas à masquer le regard brûlant ; sa passion « historique » pour le théâtre élisabéthain ne doit pas non plus nous égarer : ce metteur en scène ne vit pas retranché derrière la frontière du temps et des mots, il est le révélateur des affres de notre monde. Tragédie, comédie, noirceur atroce ou rayon de lumière, Shakespeare est son royaume, la langue anglaise sa potion. Mais cet Anglo-Irlandais ne déteste pas le voyage en Europe, mettant en scène les grands classiques français et travaillant régulièrement en russe avec la troupe du Théâtre Pouchkine de Moscou. C’est avec elle qu’il revient en force et en farce aux Gémeaux, dans une production bouffonne et baroque : Le Marchand de Londres ou Le Chevalier de l’ardent pilon, puisque son auteur Francis Beaumont, contemporain de Shakespeare, emboîte une pièce dans l’autre, avec irruption de spectateurs bien comme il faut se plaignant qu’on ne joue pas le théâtre qu’ils aimeraient, et procédant ainsi à des révisions. Clownerie sans enjeu ? Ce n’est pas le genre de Declan Donnellan. Beaumont parlait d’une époque où l’art et la culture étaient menacés par un puritanisme qui allait bientôt fermer les théâtres. « Les textes forts parlent toujours du moment présent, rappelle le metteur en scène, car ils sondent les recoins de la condition humaine. »

Le Marchand de Londres

Me rappeler cet événement

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels