Exposition - Conférence, Exposition - Musée

Sceaux

Exposition dossier

"La Démolition du château de Meudon - Hubert Robert (1733-1808)"

Infos pratiques

Exposition-dossier « À propos d’une acquisition majeure… Hubert Robert(1733-1808), La Démolition du château de Meudon (vers 1803) »Du mardi au dimanche de 14h à 18h30 Au premier étage du Château Tarifs : inclus dans le droit d’entréedu musée (3 € - Tarif réduit : 1,50 €)

Site web : domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr

Le musée du Domaine départemental de Sceaux présente l’esquisse aboutie d’une oeuvre conservée au Getty Museum de Los Angeles. Jusqu'au 9 juillet.

Homme des Lumières, premier conservateur de ce qui deviendra le musée du Louvre, Hubert Robert est un peintre subtil aux élans romantiques, un poète visionnaire qui a nourri l’imaginaire et la mémoire historique avec ses tableaux de  monuments en ruines. Le musée du Domaine départemental de Sceaux vient d’acquérir en vente publique l’esquisse aboutie de La Démolition du château de Meudon, peinte par Robert vers 1803 et dont la version finale appartient aux  collections du Getty Museum de Los Angeles. Précieux témoignage sur l’un de nos plus importants châteaux disparus, l’œuvre est exposée jusqu’au 9 juillet en compagnie d’autres réalisations et documents sur ceux de Sceaux et de Saint- Cloud.

En savoir plus avec Dominique Brême, directeur du musée


Pourquoi ce tableau peut-il être qualifié de chef-d’oeuvre ?
Un chef-d’oeuvre peut se définir soit par la qualité exceptionnelle de sa facture, soit par la pertinence de son propos, soit par ces deux qualités réunies comme dans le cas de ce tableau. Le sujet d’abord : Hubert Robert, fasciné par les ruines antiques, voit tout le patrimoine de l’Ancien Régime disparaître. Il peint un haut lieu de l’histoire aristocratique et en donne une image mélancolique, déjà nostalgique, très nettement préromantique. Paradoxalement, la gravité du propos est servie par une facture d’une virtuosité extraordinaire, et par une délicate harmonie de gris colorés, mêlantdes tonalités beiges, roses, orangées, bleutées ou couleur de cendre... Ainsi, l’artiste tiraille le spectateur entre le sentiment d’un effondrement inéluctable et celui d’une exaltation juvénile.

Qu’est-ce que ce tableau apporte aux collections du musée ?La politique d’acquisition du musée, centrée sur le domaine de Sceaux et sur ses propriétaires, s’élargit aux grands domaines d’Île-de-France lorsqu’il s’agit de pièces exceptionnelles comme celle-ci. De la même manière, le musée a acquis en juillet 2016 deux dessins d’un autre domaine aujourd’hui disparu, le château de Saint Cloud, par Jacques Rigaud (1680-1754). Des dessins préparatoires à sa série de gravures la plus fameuse Les Maisons royales de France. Dans les collections, le tableau rejoint également Le château et le parc de Méréville, autre pièce maîtresse d’Hubert Robert récemment exposée au musée du Louvre, à Washington ou au Grand Palais, qui prendra place au côté de La Démolition du château de Meudon.

Il est question d’une restauration à venir ?
En effet, soulignons d’abord que le tableau est en très bon état malgré quelques soulèvements et des manques infimes. La toile est sale, ce qui n’empêche pas de distinguer parfaitement les nuances. Cette saleté, sans gravité pour le tableau, sera néanmoins enlevée pour lui rendre toutes ses couleurs. Une section entière de l’exposition dossier est consacrée à cette future restauration. Dans une vidéo, un restaurateur explique les altérations du tableau et comment y remédier. La toile trouvera ensuite une place de choix dansles collections permanentes

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels