Exposition - Conférence, Festival - Evénement

Montrouge

Miniartextil, l'art du fil et du tissage

ALINE BORDEREAU - L'entaille ,

Infos pratiques

www.ville-montrouge.fr

Du 7 au 25 février, Le Beffroi de Montrouge accueille une soixantaine d’œuvres venues de vingt-neuf pays pour la XXVIIe édition de Miniartextil, exposition panoramique de l’art du fil et du tissage.

Créatrice de l’événement, l’association Arte&Arte, née sur les bords du lac de Côme en Italie, a choisi cette année le thème Borderline. On peut entendre cette frontière de multiples manières : ligne, marge, démarcation ou partage, elle est ambiguë. Et les œuvres présentées en multiplient les sens, des grandes installations spectaculaires qui remodèlent les espaces à la cinquantaine de « minitextiles » qui constituent le noyau de l’exposition.

La frontière comme
délimitation suppose un dedans et un dehors, de l’indigène et de l’exotique. Elle traverse la géographie avec Porcelain Coasts du Letton Rolands Krutovs, Embrace Again de la Serbe Brankica Žilović, ou, réduite à l’échelle d’un livre qui ne raconte pas une belle histoire, The Book of the Broken Dreams de l’Espagnole Maria Muñoz Terragrosa.

Qu’y a-t-il de part et d’autre de la frontière ? Peut-être l’ombre et la lumière, les sphères de polyester et les
fils d’acier de Both Sides Now, de l’Autrichienne Gertraud Enzinger ; ou bien le tissé et le proliférant de Beyond Borders de la Japonaise Chikako Imaizumi.

Parfois, borderline aussi mais autrement, la frontière est celle, périlleuse,
entre la sagesse et la folie, illustrée par The Borderland of Insanity, de la Française Florence Pinson-Ynden, col de chemise propret d’où surgit, racine ou arachnide, on préfère ne pas savoir quoi… Mais la frontière la plus saisissante est celle, chaque fois repoussée, des limites du possible de ces sculptures tissées végétales ou métalliques.

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels