Théâtre

Nanterre

Cirque

Minuit, Yoann Bourgeois en suspension

Crédit Géraldine Aresteanu

Infos pratiques

Cinq tableaux entre art de la chute et art de la fugue.

On imagine Yoann Bourgeois, jongleur, acrobate, poète d’un « cirque existentiel », danser en permanence sur la rambarde du vertige, d’où il nous regarde avec la compassion de celui qui sait que nous sommes tous en suspension, comme « un objet lancé dans les airs atteint le plus haut point de la parabole juste avant la chute ». Minuit, tentatives d’approches d’un point de suspension, est une quête de jongleur acrobate, une danse de l’espace et du temps, à l’instant exact où la réalité physique se soustrait à la pesanteur. Un art fragile qui a peu à voir avec les flonflons rigolards, mais la drôlerie n’y est jamais cruelle et la mélancolie souvent joyeuse. Posés sur la musique comme par magie, ses dispositifs ont le pouvoir rare de faire monter les larmes aux yeux, sans un mot, juste par un sentiment d’empathie traversée de légèreté. Minuit, pour quatre acrobates danseurs et une harpiste, libère sur le plateau de la Maison de la Musique de Nanterre une multitude de plateaux instables, d’escaliers en contrepoint à la manière de Bach, de trampolines tendus comme les cordes de la harpe qui égrène du Philip Glass. Une mécanique du cantique pour frères humains, un cirque dansé qui jette la pomme à Newton et s’échappe en musique. « Bach m’a appris à écrire le cirque autrement, en lignes horizontales, libérées de l’autorité toute puissante de la surenchère, de la performance. » Un art de la fugue pour ceux qui tombent : n’est-ce pas là le point de suspension où se rejoignent les artistes et le public?

Minuit, Yoann Bourgeois en suspension

Me rappeler cet événement

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels