Livres - Multimédia, Jeunesse

Prix Chateaubriand : Entretien avec Maurizio Serra

CD92 / Olivier Ravoire ,

Infos pratiques

D’Annunzio le Magnifique de Maurizio Serra. Editions Grasset. 704 p.

Le diplomate et écrivain italien Maurizio Serra, auteur d’une biographie du poète Gabriele d’Annunzio, est lauréat du prix Chateaubriand attribué par le Département des Hauts-de-Seine. La remise officielle est prévue jeudi 14 mars à l’Institut de France, suivie d’une conférence de l’auteur. Interview.

Pourquoi avoir consacré une biographie à D’Annunzio, un auteur italien à la charnière des XIXe et XXe siècle ?

Ce livre sur D’Annunzio achève une trilogie entamée avec Malaparte en 2011 et poursuivie avec Svevo en 2013 qui vise à mettre en lumière des auteurs italiens majeurs du XXe siècle auprès du public français. Gabriele D’Annunzio est un auteur important mais peu connu en France alors qu’il avait une vaste audience jusqu’à la Première Guerre mondiale. Il y a un pan de l’œuvre qui appartient à la Belle Époque et qui est assez périmé mais à côté de cela les deux tiers sont d’une grande actualité. J’ai eu le désir que cela entre à nouveau dans notre conscience littéraire contemporaine.


C’était à la fois un écrivain et un « personnage » parfois moqué d’ailleurs…


Il a les écrivains rentrés et les hommes de panache, qui ont le désir d’être en même temps les protagonistes de leur œuvre. D’Annunzio était de ceux-là. Ce côté dandy, un peu fantasque, et son côté affabulateur qui peut prêter à sourire, c’est un risque qu’il a pris et qu’il a payé ensuite dans la postérité. J’ai essayé de prouver l’ampleur, la voilure de ce qu’il représente, je ne cache pas ses défauts, et certains ridicules de l’homme, mais on ne peut pas nier le reste. Le titre du livre vient d’une expression de l’écrivain André Suarès qui dit que D’Annunzio est « malgré tout magnifique ».


Vous avez une formule pour décrire son parcours : il est avant tout un « poète de l’action ».

Comme tout le monde, D’Annunzio a eu des phases dans sa vie : il a été selon les circonstances, poète, romancier, dramaturge et même personnalité publique. Mais, dès ses débuts, il est dominé par l’idée de l’engagement. L’idée d’un poète décadent qui découvrirait l’Histoire avec les tranchées de la Grande Guerre n’a pas beaucoup de sens. Les tranchées sont pour lui la confirmation d’une idée qu’il porte depuis ses débuts dans les années 1880, selon laquelle, tôt ou tard, la poésie se serait déversée, transformée en action.

À l’approche de la Grande Guerre, D’Annunzio partage le bellicisme ambiant…

Il voyait surtout la guerre du point de vue de la transformation d’une civilisation. Il ne faut pas oublier le climat de 1914 qui était un climat d’enthousiasme proche de la folie, éloigné de notre mentalité présente. Pour ce qui est du carnage, il a eu des mots très amers. N’oublions pas non plus que c’est l’un des rares intellectuels européens de sa génération qui ait traversé le conflit du début à la fin – comme quinquagénaire, ce qui à l’époque était déjà un âge sérieux. Il est d’ailleurs resté comme l’un des précurseurs de l’aviation. Des aéroports portent son nom.

Lors de l’équipée de Fiume en 1919, le poète va jusqu’à se transformer en chef de guerre et prend la tête d’un micro-État !

D’Annunzio n’était pas un esthète sorti de son cabinet mais un homme qui avait conquis une popularité, même parmi les jeunes qui ne connaissaient pas son œuvre. En particulier ceux issus des tranchées qui ne voulaient plus reconnaître l’autorité de leurs aînés. En prenant la tête en 1919 de l’équipée de Fiume, il va forcer ce que les traités de paix n’arrivent pas à résoudre : un État tampon disputé par l’Italie et le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes. Fiume s’est transformé petit à petit en une sorte d’insurrection contre l’ordre établi, pendant presque 500 jours, et s’est achevée assez péniblement. Mêlant composante libertaire et recherche d’ordre, elle reste comme un laboratoire des sensibilités qui se développent au début du XXe siècle.


Dans les années 1920, il se retire dans une villa prêtée par Mussolini. Quel lien avait-il avec le régime fasciste ?


Il avait certainement une sensibilité antiparlementaire, contre la politique politicienne... Mais les aspects du fascisme comme la dictature, le mépris des minorités, des autres religions, tout cela n’entre pas en compte. Il a été considéré, même après l’échec de Fiume, comme l’homme qui pouvait représenter une alternative au fascisme. Il a perdu sa chance et, de guerre lasse, il s’est un peu rangé au régime mais, ni de cœur, ni de raison, il n’a jamais été fasciste. Quant au nazisme, il s’y est immédiatement opposé et a, au fond, une chance, celle d’être mort le 1er mars 1938, avant l’avènement d’épisodes qui l’auraient déchiré : les lois raciales instituées en septembre 1938 en Italie - or il était tout sauf antisémite - et, en juin 1940, la guerre des Alpes entre la France et l’Italie.


Pourquoi faudrait-il lire D'Annunzio aujourd’hui ?

C’est un homme qui a eu un rôle public dont on peut discuter mais en tant que poète, écrivain, dramaturge, il a à son actif des œuvres qui vont demeurer. Son premier roman L’Enfant de volupté ouvre tout un pan de la sensibilité moderne, représenté aussi par des auteurs des années 1920-1930 comme Radiguet, Cocteau, Drieu La Rochelle, Paul Morand et jusqu’à Malraux. Ce qui porte, c’est le message de cette œuvre dans son ensemble, son élan, son énergie. Elle n’est pas dominée par les idéologies mais renoue avec une certaine idée classique de la beauté.

En Savoir Plus

Créé en 1987, le prix Chateaubriand récompense un ouvrage de recherche historique ou d’histoire littéraire en lien avec les centres d’intérêt de l’écrivain romantique qui vécut dans les Hauts-de-Seine. Il est doté à hauteur de 8 000 euros par le Département et proclamé chaque année depuis la Maison de Chateaubriand, à Châtenay-Malabry. Maurizio Serra recevra le 14 mars à l’Institut de France ce prix qui lui avait été attribué deux mois plus tôt.

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels

Actualités les plus consultées