Exposition - Conférence, Patrimoine, RSS

Nanterre

Archives départementales

Zone B

Vue aérienne, Zac B1 en chantier - DR ,

Infos pratiques

  • Du 18 septembre au 29 juin
  • Gratuit
  • Nanterre

archives.hauts-de-seine.fr/accueil
Entrée libre, sans réservation

Les Archives départementales organisent une exposition sur l’histoire et l’architecture de la « Zone B » de La Défense, à Nanterre. Les visiteurs peuvent y découvrir l’histoire de ce morceau de ville : ses industries (les Papeteries de la Seine notamment), la fin des bidonvilles et les premiers projets urbains (la Cité Berthelot et les Provinces françaises, la Cité administrative), ainsi ceux, parfois prestigieux, mais restés dans les cartons : « Le musée du XXe siècle », le ministère de l’Éducation nationale, la Tour Lumière, l’École nationale des Arts décoratifs…

Stéphane Dennery étudie l’histoire sociale et prépare une thèse consacrée à la zone B. En décembre, il donne une conférence aux Archives départementales pour évoquer ses recherches.

Coup d’envoi
En 1946, l’assemblée constituante de la IVe République acte le projet de candidature de Paris à l’Exposition universelle. Le site de La Défense est proposé en 1950 pour accueillir l’événement. Lorsque Stéphane Dennery, doctoran tà l’École des hautes études en sciences sociales, EHESS, consulte les archives du Service d’aménagement de la région parisienne (SARP), il trouve l’idée de créer un quartier d’habitation dont les espaces verts se justifient pour l’événement. « À ce moment-là, on pense, peut-être à tort, qu’il s’agit de l’endroit le moins densément peuplé de la région parisienne. La zone B compte de nombreuses petites industries avec des quartiers pavillonnaires autour et les pouvoirs publics veulent se servir de l’Exposition universelle pour la développer, comme à New York ou à Chicago avant-guerre. Même si cette candidature n’a pas abouti, elle marque le coup d’envoi effectif des projets d’aménagement jusque-là concentrés sur l’axe historique, l’avenue Charles-de-Gaulle à Courbevoie/Puteaux et la voie triomphale jusqu’à Saint-Germain-en-Laye. »

Un projet à part
Pour lui, « la zone B se distingue par sa dimension de laboratoire et le fait que toute une partie de la législation actuelle en matière d’urbanisme ait été élaborée spécialement pour elle. Aménager une région de 750 hectares, c’est alors inédit. » D’autant plus que dans les années 1950, les plans restent assez vagues. « On fait du “zoning“, sur le modèle anglo-saxon, mais à l’échelle régionale,avec des espaces réservés car susceptibles d’accueillir des équipements liés à l’Exposition universelle, sans précisions supplémentaires. » Stéphane Dennery s’intéresse à l’histoire du quartier des Fontenelles à Nanterre, aujourd’hui disparu,remplacé par le parc départemental André-Malraux,et le relie au développement des transports ferroviaires de 1945 à 1980. « Le quartier prend son essor dans les années 1930 avec la gare de triage de La Folie. En 1945, le recensement de la population rue des Fontenelles montre que les habitants travaillent sur place ou le long de la ligne de chemin de fer qui relie Saint-Lazare à Versailles. La zone B se construit véritablement dans les années suivant la construction du RER, la gare de Nanterre Université ouvre en 1972, celle de Nanterre Préfecture l’année suivante. »

Zone B

Me rappeler cet événement

Conférences

Mercredi 13 décembre à 18h
« La zone B de Nanterre, terrain d’expérimentation » par Stéphane Dennery, doctorant à l’EHESS

Mardi 16 janvier à 18h
« Les bidonvilles de Nanterre » par Muriel Cohen, chercheuse associée au Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels