Livres/Multimédia

"L'art numérique est pluridisciplinaire par essence"

Stéphanie Fraysse-Ripert

,

Sans elle, Le Cube à Issy-les-Moulineaux ne serait pas devenu LA référence du numérique. Rencontre.

Sous la houlette de sa directrice Stéphanie Fraysse-Ripert, Le Cube, centre de création numérique d'Issy-les-Moulineaux, a traversé sa première décennie avec succès. Aujourd'hui, plus de 20 000 visiteurs envahissent chaque année ses 700 m2 pour assister aux 500 événements, participer aux centaines d'heures de formation ou encore utiliser l'une des 80 stations multimédias.

Stéphanie Fraysse-Ripert est directrice du Cube depuis sa création en 2001. À l'époque, il était le 1er centre de création numérique en France. Les arts numériques, encore peu connus, souffraient alors de l'éclatement de la bulle internet. « On aurait pu croire que ce n'était pas le meilleur moment pour parler du numérique. Pourtant le public a immédiatement été séduit par les activités et les événements originaux du Cube », se souvient la directrice.

À regarder de plus près le parcours de Stéphanie Fraysse-Ripert, rien ne laisse présager qu'elle œuvrerait un jour dans ce domaine. « Après des études à Sciences-Po, j'ai intégré le Printemps de Bourges pour m'occuper des nouveaux talents. » Cinq ans plus tard, cette spécialiste de la musique actuelle pilotait l'organisation des concerts de la Coupe du monde de foot 98. « C'est très éloigné de l'art numérique », commente en souriant la directrice du Cube. « Mais même si mon entrée dans ce milieu s'est faite par hasard, c'était assez cohérent car l'art numérique est pluridisciplinaire par essence : le spectacle vivant et les musiques actuelles y sont très présents. »

Le hasard dont nous parle Stéphanie Fraysse-Ripert s'incarne dans la rencontre avec l'actuel président du Cube, Nils Aziosmanoff. Séduit par ses qualités, il l'intègre à l'équipe de sa structure ART3000, pionnière dans les arts numériques et les nouvelles technologies. En 2000, elle est ainsi chargée de coordonner ISEA 2000, un symposium international sur les arts électroniques. Et le projet du Cube ? Déjà dans les cartons d'ART3000, il allait être proposé et retenu par la ville d'Issy-les-Moulineaux en 2001. Stéphanie était désormais lancée dans l'aventure. « Tout s'est passé rapidement : le projet a été accepté en mars et Le Cube ouvrait en septembre. » Depuis, Le Cube s'est construit autour d'un pôle médiation pour le grand public ; d'un pôle création pour les pros et les artistes en résidence et d'un pôle diffusion pour la création artistique.

Et demain ? « Le Cube va avoir 10 ans en octobre. Tout en célébrant une décennie d'expériences numériques riches en découverte, échange et créativité, notre idée est de démarrer une nouvelle histoire autour de nos futurs projets dont le nouvel établissement de l'île Seguin. » Construit dans la continuité du Cube, il répondra aux besoins croissants en termes d'espace de diffusion, d'exposition et de création. « On va ainsi pouvoir accroître notre offre d'activités et d'événements pour un public de proximité et francilien de plus en plus demandeur. Par ailleurs, notre développement à l'international pourra s'intensifier. » Pour que Le Cube rayonne encore plus. Et que Stéphanie Fraysse-Ripert et son équipe puissent développer des projets toujours plus ambitieux.

Propos recueillis par Reine Paris

En savoir plus

Le site internet du Cube : www.lecube.com

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Sur le même thème

 

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels

Actualités les plus consultées