Patrimoine

Un musée pour le sculpteur Belmondo !

,

Boulogne-Billancourt offre une splendide vitrine à la sculpture des années 30 avec le musée Paul Belmondo qui a ouvert ses portes en 2010 au château Buchillot.

Une donation de 1 600 pièces

L'ensemble de l'atelier du sculpteur Paul Belmondo (1898-1982) comprend tous les plâtres originaux ainsi que la quasi-totalité de l'œuvre graphique auxquels s'ajoutent bronzes, sanguines et médailles provenant de la grande exposition itinérante de ces dix dernières années « Paul Belmondo, la sculpture sereine ».

Symbole de la sculpture figurative néoclassique du XXe siècle, l'œuvre entier a fait l'objet d'une donation des trois enfants de l'artiste, Alain, Jean-Paul et Muriel Belmondo, en 2007, à la « ville d'art et d'histoire » de Boulogne-Billancourt. « Quel intérêt de garder tout pour soi ? C'est le plus beau cadeau que je puisse faire à mon père… Vingt ans que j'attends ce moment ! », s'est exclamé Jean-Paul Belmondo.

1996-2010, l'historique du projet

L'initiative de ce musée revient à Emmanuel Bréon qui a accompagné durant vingt ans le développement du projet, parallèlement à l'ouverture du musée des Années 30, en 1998. C'est aujourd'hui Frédéric Chappey, actuel directeur des trois musées municipaux, qui l'a finalisé. Le choix du lieu s'est porté dès l'origine sur le château Buchillot qui appartient depuis 1982 à la ville de Boulogne-Billancourt. Le concours lancé en 2006 a permis de confier la transformation radicale de l'espace intérieur aux architectes Chartier-Corbasson qui se sont "inspirés des passages secrets et des cabinets de curiosité du XVIIIe siècle".

Visite guidée

L'ATELIER DE L'ARTISTE. Dans la cour d'honneur du musée, la vision élancée du grand bronze « La Jeune Fille en marche » accueille le visiteur. Dans le pavillon de gauche (200 m2), la visite commence par la reconstitution de l'ancien atelier de l'artiste (77, avenue Denfert-Rochereau, à Paris) fidèlement évoqué par son mobilier, les objets fétiches, outils, œuvres... Le public est placé au cœur de l'acte créatif.

AVERS ET REVERS. Comme une médaille qui offre au regard ses deux faces, le parcours muséal s'effectue dans le bâtiment principal (760 m2) en deux parcours. Au rez-de-chaussée, l'avers, autrement dit "côté scène", se présente en une succession de salles blanches très lumineuses qui déroulent "La genèse d'une carrière", "La gloire du portrait", "Le sens du monumental", "La petite sculpture décorative". Des niches ménagées dans les murs, à mi-hauteur, pour accueillir les éléments décoratifs et les bas-reliefs. Au sol, les sculptures en pied sur socles rythment l'espace. Des percées aux étages ménagent des points de vue intéressants. Le revers, "côté coulisses", propose une ambiance intimiste, tamisée, avec des recoins à explorer où le côté foisonnant de l'œuvre trouve place. Le revers distribue également les montées d'escaliers, les paliers et la mezzanine. Des niches ménagées dans les montées permettent d'exposer les réserves du musée (plâtres, photographies et documents).

GALERIE TACTILE. Au premier étage, une galerie tactile met à la disposition des déficients visuels sept œuvres en résine qui présentent les différentes formes de volumes (ronde-bosse, grande sculpture, haut-relief, bas-relief...) et la variété des blocs de matière (marbres, pierres, bois, terre…), les outils et techniques... Les cartels sont en braille. Une initiative rendue possible grâce au soutien de la fondation Aéroports de Paris.
Par ailleurs, trois salles "De l'après-guerre aux années 70 - la sérénité classique", "Visages d'enfance", et "Les contemporains de Belmondo" avec des œuvres de Constant Le Breton et Yves Brayer, « Portrait de Muriel Belmondo ». Le public découvrira ainsi Belmondo portraitiste des enfants ainsi que les bronzes caractéristiques du changement de style des années 50 où les formes s'allongent, se simplifient, où la facture devient lisse et le mouvement apparaît.

SPECTACULAIRE. Au dernier étage, le public accède au cabinet des médailles (150), logées comme des étoiles dans la toiture mansardée. À côté, le cabinet des dessins dévoile, grâce à un système de tiroirs, les superbes sanguines, les pastels... "Le dessin comme passion" englobe toute l'œuvre graphique.

CÔTÉ COUR, CÔTÉ JARDIN. L'arrière du musée est conçu comme une halte verte au milieu des œuvres de sept sculpteurs contemporains de Belmondo (Raoul Lamourdedieu, Pierre Traverse, Léon Séverac, Karl-Jean Longuet, Henri Le Pecq, Marcel Chauvenet-Delclos, Marguerite Cossaceanu Lavrillier). La cohérence visuelle entre les socles monumentaux qui supportent les statues, les assises destinées au public, les supports végétaux... est assurée par un matériau proche du bronze.

MUSÉE PÉDAGOGIQUE DE LA SCULPTURE. Pilote dans l'Hexagone en intégrant le handicap dans son parcours, le musée Paul Belmondo est labellisé « musée de France ». Il s'est donné pour mission de répondre au grand public à la question que posait Rudolf Wittkower, « Qu'est-ce que la sculpture ? », en faisant entrer à tous niveaux le public dans l'acte de création. La longue liste des musées consacrés à un sculpteur, Rodin, Bourdelle, Brancusi, Zadkine… s'enrichit désormais du nom de Belmondo...

Alix Saint-Martin

En savoir plus

Musée Belmondo
Château Buchillot - 15, rue de l'Abreuvoir à Boulogne - Plein tarif : 4,70 euros. Tarif réduit : 3,60 euros. Gratuit pour les moins de 16 ans et les personnes handicapées et leurs accompagnateurs.

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels