Théâtre

Portrait

François Lazaro, directeur du Clastic Théâtre à Clichy

François Lazzaro - DR,

"Pas de vrai théâtre s'il n'est vu par tout le monde". Une formule qui en dit long sur l'engagement de François Lazaro. Portrait.

"PAS DE VRAI THÉÂTRE S'IL N'EST VU PAR TOUT LE MONDE"

« Mon théâtre vient de ma marionnette. C’est elle qui m’a tout appris, tout montré. C’est elle qui m’a peu à peu conduit vers le comédien, vers l’acteur. » Si François Lazaro, metteur en scène, auteur, interprète, affirme tout lui devoir, "elle" doit aussi beaucoup à cette forte carrure dotée de solides mains d’artisan dont le calme apparent dément la nature passionnée trahie par le verbe. Quarante années de fidélité le font s’approcher des noces d’or avec un enthousiasme à faire pâlir de jalousie et mentir tous les adages : « comme le temps passe vite quand on s’amuse ».

Léger, François Lazaro ? Comme un homme qui, dégagé de toute vanité, délivré de cet esprit de sérieux propre à plomber les ailes, a trouvé son centre de gravité dans une forte envie de théâtre née à l’écoute des grandes dramatiques, l’oreille adolescente collée au poste de radio. Plus profondes peut-être encore sont les racines de cette vocation : « Émigrés de la guerre d’Espagne, mes parents m’emmenaient au théâtre du Châtelet tous les Noël. Mon intérêt pour la fabrique théâtrale date de ce moment-là. J’ai attrapé le théâtre par ses biais : par la lumière, par le son, la musique. »

 DE LA COMPAGNIE DARU AU CLASTIC THÉÂTRE

Des marionnettes de tout poil faites de tout bois, il s’est épris au début des années 70 quand il participe à l’aventure collective de la compagnie Daru : « Il faut se replacer dans le contexte. C’était soixante-huit. Nous allions révolutionner le théâtre par la marionnette. Si d’autres ne reconnaissaient pas ce champ dramatique comme un territoire à part entière, le vouant à un certain folklorisme et le cantonnant à un public enfantin, nous revendiquions le contraire. C’était un théâtre à conquérir révolutionnairement. Par le biais de cet outil qu’est la marionnette, nous entendions renouer avec un théâtre sans sectorisation fait pour tous. Avec le théâtre tout court. » Dix ans plus tard, le militant marionnettiste prend son autonomie sans rien céder sur le fond. Il donne une nouvelle inflexion à son engagement : « Je mourais d’envie de revenir au service du texte. Des grands textes. À l’image, on peut faire dire tout et son contraire. Pas au mot. »

« Pour appeler un chat, un chat », sa compagnie naît en 1984 sous le nom de Théâtre Espace Marionnette. L’année qui suit voit l’avènement événement de sa première création : « La Légende des Siècles » de Victor Hugo. Plébiscité par la critique, le spectacle présenté au Festival Off d’Avignon se distingue en étant primé à trois reprises : prix du public, meilleur éclairage, meilleure musique de scène. François Lazaro labellise. Sa vision du « Horla » de Maupassant présentée pour la première fois en 1987, affichant actuellement quelque trois cents représentations, tourne toujours dans le monde entier depuis vingt-quatre ans. D’autres succès magnifiques et internationaux dont sa mise en scène de « Pour finir encore » sur des textes de Samuel Beckett marquent cette carrière iconoclaste.

« Très vite, je me suis orienté vers l’écriture contemporaine avec une idée force, celle de mêler les exigences professionnelles, l’excellence artistique et le populaire. Il n’y a pas de vrai théâtre, s’il n’est pas vu par tout le monde. Et pour faire entendre par tous un texte complexe comme celui de Beckett par exemple, un texte que j’ai adapté avec une grande jouissance, la poupée est merveilleuse. » Aucune des créations de la compagnie, qui instruit notamment des relations privilégiées avec le théâtre Banialuka en Pologne, ne laisse personne insensible.

Parallèlement, François Lazaro tisse des liens avec différentes institutions liées comme lui au destin du théâtre de marionnettes, dont notamment l’École nationale supérieure des arts de la marionnette dont il sera pendant trois ans le responsable pédagogique. De 1998 date son installation à Clichy au 62, boulevard Victor Hugo. Et là il dote sa compagnie d’un nouveau nom. Le Clastic Théâtre est né.

En savoir plus

Clastic Théâtre
62, boulevard Victor Hugo
92110 Clichy -
Tél. : 01 41 06 04 04 
Fax : 01 41 06 04 03 
E-mail : clastic.theatre@wanadoo.fr

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Sur le même thème

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels