Théâtre

Pierre-François Roussillon, Directeur du théâtre 71, Scène Nationale à Malakoff

« Une saison sensible et engagée »

Pierre-François Roussilon © DR,

Vision panoramique sur la saison théâtrale départementale. Dans une série d’interviews, signalant temps forts et coups de cœur, les directeurs des principales scènes sont invités à vous présenter leur programmation. Croisez les regards. Et à vos agendas.

Alors que le théâtre 71 fête cette année ses quarante ans d’existence et les vingt ans de sa labellisation « Scène Nationale », Pierre-François Roussillon (lire portrait), nommé l’an dernier à la tête du lieu en remplacement de Pierre Ascaride, signe effectivement cette année sa première programmation.

Quel est le fil rouge de cette nouvelle saison ?
« Cohérence et - je l’espère - pertinence guident cette programmation. Nous avons travaillé sur deux axes qui traversent toute la saison. Nous allons à  la découverte de la dramaturgie allemande avec au programme trois pièces, de très belles recherches, de trois auteurs allemands Frank Wedekind, Marieluise Fleisser, Falk Richter, pièces créées par des metteurs en scène de renom dont Omar Porras, Yves Beaunesne et Andrea Novicov. Nous invitons aussi à aborder le continent de cet auteur contemporain incontournable qu’est Marguerite Duras en compagnie de la metteur en scène Jeanne Champagne qui remonte le fleuve durassien, embarquée pour une longue traversée de l’œuvre. Nous lui ouvrons le plateau à deux reprises en décembre avec « La Maison » et en mars avec « L’Eden Cinéma ». Outre ces deux lignes de force, la programmation équilibre pièces contemporaines et grands classiques, met l’accent sur la programmation jeune public avec notamment des pièces de théâtre musicales qui, à mon sens, sont de vrais petits bijoux susceptibles de ravir petits et grands ».

Côté temps forts, que signaleriez-vous ?
« Au risque de me répéter, il y a  évidemment les trois pièces « Sous La Glace », « Pionniers à Ingolstadt » et « L’Eveil du Printemps » - montré, quant à lui , en exclusivité à Malakoff - signées des trois grands dramaturges allemands. Le diptyque durassien de Jeanne Champagne est également immanquable. Mais je signalerais aussi cette « Ecole des Femmes » mis en scène par Jean Liermier, ou encore « Pollock » de Fabrice Melquiot monté par Paul Desveaux. Tous ces beaux moments de théâtre, engagés et sensibles, vont au-delà des seules représentations. J’avais à cœur de les prolonger par de nouveaux rendez-vous que nous appelons des « Eclairages » où lectures, films, ateliers, rencontres, conférences, conversations, récoltes et expositions font écho aux spectacles comme autant d’opportunités de tisser des liens ».

 Et côté coups de cœur, qu’invitez-vous à découvrir ?
« Je veux attirer l’attention sur la formidable prestation du comédien Gilles Privat dans « L’Ecole des Femmes ». Cet Arnolphe est inoubliable. « Invasion » mis en scène par Michel Didym fait également monter sur le plateau des acteurs de tout premier ordre. Comme cette « Irrégulière », pièce de théâtre musical, toujours mis en scène par Michel Didym, avec Nora Krief, incarnant Louise Labé cette féministe avant l’heure. Un spectacle en forme de véritable électrochoc poétique ». 


Marie-Emmanuelle Galfré

En savoir plus

Théâtre 71, Scène Nationale
3, place du 11 Novembre
Malakoff
tél : 01. 55.48.91.00
www.theatre71.com 

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels