Desportes au Petit Château - Interview de Dominique Brême

Expositions

Desportes au Petit Château, quatre questions à Dominique Brême

,

Directeur du Domaine départemental de Sceaux et co-commissaire de l’exposition, Dominique Brême nous explique sur le plus fameux peintre animalier du XVIIIe siècle exposé au Domaine de Sceaux.

Avec les esquisses du plus fameux peintre animalier du XVIIIe siècle, le Petit Châteaureçoit le « grand goût français » dans toute sa splendeur.

Pourquoi Desportes à Sceaux ?
Paysages, animaux et art de vivre, les trois dimensions de l’exposition se rattachent au domained e Sceaux. C’est le type de propriété où aurait pu travailler ce peintre associé à la décoration des grandes résidences royales et princières. L’univer sde la chasse, ses paysages, dans lesquels on pense reconnaître la Seine et les hauteurs qui l’abordent, mais aussi l’art de vivre font le lien avec Sceaux.

En quoi ce fonds est-il exceptionnel ?
Les fonds d’ateliers ont souvent été détruits ou dispersés. Une telle concentration est rare et précieuse, puisqu’elle permet d’étudier la fabrique de l’artiste. Autre rareté, les esquisses à l’huile sur papier qui ici abondent. L’huile est généralemen tutilisée sur toile ou sur bois, sur une préparation. Le papier, lui, se fragilise avec le temps et beaucoup de ces esquisses ont disparu. Celles qui sont exposées ont été conservées dans le fonds de la Cité de la Céramique et beaucoup ont été marouflées sur carton ce qui leur a donné plus de solidité. Le peintre élabore son oeuvre à partir de plusieurs esquisses, l’huile lui permettant d’introduire la couleur. Lorsque le résultat était concluant, il lui restait à utiliser l’esquisse sur un ou plusieurs de ses tableaux.

Comment expliquez-vous le succès de Desportes ?
Dans les années 1690, la peinture française s’intéresse à Rubens. On recherche alors des artistes capables de relayer cette influence et cela au moment où Desportes, formé par un Flamand, commence sa carrière. Des tableaux imposants sont prisés pour décorer les grandes maisons- la cour s’est installée à Versailles en 1682 –, ils exaltent la grande dramaturgie royale et en particulier les chasses, privilège aristocratique. L’un des grands buffets de Desportes est actuellement exposé au Metropolitan Museum de New York.

Que retenir de l’art de Desportes ?
Artiste synthétique par ses compositions dynamiques, le style de Desportes est égalemen t analytique par l’attention qu’il porte aux détails. Grand coloriste, il sait respecter le ton local sans sacrifier l’harmonie de ses oeuvres. Sa touche est libre et élégante, sans être gratuitement virtuose;son coloris est clair et varié, ce qui fait de lui un vecteur majeur de l’esthétique française de la première moitié du XVIIIe siècle, extraordinairement sophistiquée. Dans son genre, il reste l’un des représentants les plus brillants du « grand goût français » des années 1680-1730, à l’apogée de l’union des arts majeurs et décoratifs. Les esquisses présentées au musée forment un ensemble brillant !


Infos pratiques

Esquisses d’Alexandre-François Desportes (1661-1743), à partir du 20 mars au Domaine départemental de Sceaux.  Site internet : domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.net

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels