Mécènat, Trésor du Saint-Sépulcre du 16 avril au 14 juillet 2013

Expositions

Trésor du Saint-Sépulcre, Présents des cours royales européennes à Jérusalem

Fragment de porphyre antique enchâssé dans une monture en argent et argent doré ©Custodie de Terre Sainte,

Du 16 avril au 14 juillet 2013

250 chefs-d'oeuvre inédits présentés au public dans deux lieux d’exposition : au Château de Versailles et à la Maison de Chateaubriand, Châtenay-Malabry.

Renfermant des objets aussi symboliques que l’épée et les étriers de Godefroy de Bouillon, le Trésor du Saint-Sépulcre est constitué d’extraordinaires œuvres d’art destinées à rehausser la splendeur de la basilique du Saint-Sépulcre ainsi que de celles de Bethléem puis, plus tard, de Nazareth. Adressés tout au long de l’histoire par des fidèles et des pèlerins, ces présents témoignent d’une grande diversité. Les plus insignes d’entre eux furent offerts par les principaux souverains européens. Pour la France, les Bourbons perpétuent cette tradition : ainsi Louis XIV fait-il expédier de somptueuses pièces d’orfèvrerie. En 1686, la Sérénissime République de Gênes offre un des plus extraordinaires ornements jamais réalisés, brodé de fil de soie polychrome. Mais, plus encore que toutes les autres nations, l’Espagne déploie un faste culminant dans une orfèvrerie d’or massif qui peut être jugée sans équivalent dans le monde.

Demeurées jusqu’à présent inconnues du public, les œuvres d’art qui constituent le Trésor du Saint-Sépulcre seront présentées pour la première fois du 16 avril au 14 juillet 2013, dans deux lieux d’exposition exceptionnels, le Château de Versailles et la Maison de Chateaubriand à Châtenay-Malabry.

Une extraordinaire accumulation d’objets d’art au fil des siècles
Aux émaux limousins du XIIe siècle ou à une cloche chinoise encore plus ancienne, s’ajoutent, à partir de la fin du XIVe siècle, des présents en plus grand nombre. En se limitant à ceux provenant des cours royales, dont les envois connurent beaucoup moins de tribulations que les premiers, se rencontre une multitude de lampes de sanctuaire en argent ou en or, de candélabres de vermeil, de plateaux de monstrance dignes des plus grands buffets royaux, de vases liturgiques enrichis d’émaux et de pierres précieuses, de crosses et de croix de procession ciselées par les plus grands orfèvres, ou encore d’étoffes précieuses, lampas, brocarts, velours ciselés, ornés des motifs les plus exubérants.

Une thématique, deux lieux d’exposition
Le Château de Versailles : salles des Croisades
Louis-Philippe créa les salles des Croisades afin d’honorer les vieilles familles de la noblesse qui avaient participé à ces expéditions au Moyen-Orient. On voit leurs blasons peints aux plafonds des cinq salles. L’épopée des huit croisades du XIe au XIIIe siècle y est présentée à travers plus de cent cinquante tableaux et sculptures historiques. Au centre de la salle principale se trouve la grande porte en cèdre provenant de l’hospice des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem à Rhodes, offerte en 1836 par le sultan ottoman. Cette porte fut la source d’inspiration pour tout le décor de ces pièces.

La Maison de Chateaubriand
Aujourd’hui musée du Département des Hauts-de-Seine, labellisée «Maison des Illustres», la Vallée-aux-Loups a été acquise par Chateaubriand en 1807, à son retour d’Orient. L’auteur y vécut jusqu’en 1817 ; il y écrivit notamment les Martyrs, l’Itinéraire de Paris à Jérusalem, et y commença son chef-d’œuvre, les Mémoires d’outre-tombe. Décorée dans le goût du début du XIXe siècle, la Maison, qui accueillit également Juliette Récamier, évoque la vie et la carrière littéraire de l’auteur, voyageur et homme politique, et s’ouvre sur un parc de 14 hectares dessiné et planté par ses soins, agrémenté d’essences d’arbres lui rappelant ses voyages. Conjuguant mémoire et création, la Maison propose des visites guidées, expositions temporaires, conférences, rencontres-débats, spectacles... et est dotée d’une bibliothèque consacrée à Chateaubriand, au romantisme et au XIXe siècle français.

Budgets prévisionnels de l’exposition

Budget de l’Exposition au Château de Versailles.............................................1 300 000 €HT

Budget de l’Exposition à la maison de Chateaubriand........................................220 000 €HT



>> Téléchargez la plaquette de l'exposition (format PDF)

Infos pratiques

"Trésor du Saint-Sépulcre, Présents des cours royales européennes à Jérusalem"
250 chefs-d'oeuvre inédits à découvrir du 16 avril au 14 juillet 2013
Commissaires de l’exposition : Bernard Degout, Directeur de la Maison de Chateaubriand - Jacques Charles-Gaffiot, historien de l’art
Site Internet : maison-de-chateaubriand.hauts-de-seine.net

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Sur le même thème

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels