Livres/Multimédia

Lauréat 2015

Edmond Dziembowski : « La Guerre de Sept Ans a redistribué les cartes »

Edmond Dziembowski- CD92/WL,

Edmond Dziembowski a reçu le prix Chateaubriand 2015, pour son consacré ouvrage à la guerre de Sept Ans. Le premier conflit mondial de l’histoire.

Le prix Chateaubriand a été remis le 11 février 2016 à Edmond Dziembowski à l’Institut de France, quai de Conti à Paris.  Créé en 1987 par le conseil départemental, propriétaire de la maison de Chateaubriand à Châtenay-Malabry, le Prix récompense une œuvre de recherche historique ou d’histoire littéraire en lien avec les centres d’intérêt de l’écrivain romantique. La cérémonie de remise des prix a été suivie par une conférence du lauréat.


Le conflit débute en Amérique du Nord. Comment va-t-il devenir « la première guerre mondiale de l’histoire », comme l’a décrit Churchill ?
Il va s’opérer un renversement des alliances. Quand l’Angleterre échoue en Amérique du Nord, le roi Georges II a une priorité : protéger l’Allemagne, dont il est originaire. Le cabinet britannique va entrer en négociations avec la Prusse pour qu’elle n’intervienne pas aux côtés de la France. Frédéric II se laisse tenter par cette offre et les deux pays signent la convention de Westminster. Parallèlement, d’autres négociations commencent entre la France et l’Autriche. En apprenant cette alliance, Frédéric II fait une opération de guerre préventive et envahit la Saxe et la Bohême. La France se retrouve à intervenir en Allemagne malgré elle. Pour les Indes orientales, le conflit était déjà latent. Dans les années 1740, la France avait, grâce à des alliances avec des princes locaux, réussi à prendre le contrôle de certains territoires. Les Anglais se sont inquiétés de cette progression et le conflit a éclaté. Enfin aux Antilles, l’Angleterre s’est emparée de la Guadeloupe et de la Martinique pour faire pression sur la France et être en position de force lors des négociations de paix.

On peut diviser la guerre en deux phases : un « moment français » de 1756 à 1758, avant la victoire de l’Angleterre en 1763. Quel a été le tournant ?
Fin 1757 à Londres, le ministre chargé de la guerre est William Pitt, qui veut concentrer les efforts du cabinet anglais dans cette région et en finir avec la menace française. L’Angleterre évite d’intervenir en Allemagne tandis que la France y mobilise 100 000 hommes et beaucoup d’énergie. Tous ces efforts vont commencer à porter leurs fruits avec les premières victoires en 1758. Dans le même temps, l’Angleterre lance une grande campagne de séduction des tribus indiennes, alliées à la France. Les premières défections interviennent en 1758 et vont avoir un effet boule de neige.

À la sortie du conflit, comment les rapports de force européens et mondiaux ont-ils été réorganisés ?
Le bilan est dur pour la France qui perd le Canada et n’a plus que cinq comptoirs aux Indes. Elle perd aussi la Louisiane mais récupère la Guadeloupe et la Martinique. Cette guerre a complètement redistribué les cartes. L’Angleterre en sort surpuissante tandis que la France a perdu son aura. La nouveauté se situe en Europe centrale et orientale avec trois nouvelles grandes puissances : la Prusse, l’Autriche et la Russie. Ce rapport de force, cette pentarchie, va perdurer jusqu’en 1914.

Pourquoi ce conflit reste-t-il encore méconnu de nos jours ?
Il y a deux raisons majeures. La première, c’est que c’est un épisode qui n’est pas très glorieux pour la France avec une guerre qui s’est soldée par des défaites en cascade, la perte des premiers empires coloniaux et une paix humiliante. La deuxième, c’est l’évolution de l’historiographie et de la recherche : pendant une grande partie du XXe siècle, l’histoire politique et militaire n’était plus une priorité de la recherche historique…Propos recueillis par Mélanie Le BellerLa Guerre de Sept Ans, 1756-1763. Éditions Perrin, 700 p.



Propos recueillis par Mélanie Le Beller

En savoir plus

Le parti huguenot, chronique d’une désillusion 1557 – 1572, aux éditions Droz. Remise du Prix à l'Institut de France 23, quai de Conti - Paris 6e  - Réservation obligatoire dans la limite des places disponibles au 01 55 52 13 00 (COMPLET).

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels