Patrimoine

Châtenay-Malabry

Magie de l'Arboretum de la Vallée-aux-Loups

CG92,

Dans ce site exceptionnel, le promeneur attentif peut découvrir de véritables petits bijoux, tantôt cachés, tantôt révélés.

Sa magie, l’Arboretum de la Vallée-aux-Loups la doit à ses arbres centenaires, à ses essences  rares, à ses compositions végétales soignées, à ses jardins à thème et à ses « fabriques »,  constructions typiques des jardins à l’anglaise.

Les fabriques apparaissent au détour d’un sentier, animent un paysage ou invitent à la rêverie. Ornements du jardin, les fabriques scénarisent les parcs à l’anglaise,  soulignant leur nature exubérante et leurs différents points de vue. L’arboretum compte ainsi un pavillon mauresque, deux ponts suspendus, deux fontaines, une cascade, une grotte artificielle, un kiosque et un embarcadère construits au milieu du XIXè siècle.

Mises en scène végétales
Les fabriques appartiennent au jardin, leurs alentours sont donc conçus sur mesure par les paysagistes qui façonnent le site. Chacune d'elle est enchassée dans un contexte particulier, une végétation soigneusement choisie pour ses contrastes de formes et de couleurs. Rien n'est dû au hasard, l'embarcadère est entouré de bambous, le kiosque est installé à proximité d'un érable qui héberge une glycine selon un alliage caractéristique au jardin anglais. La couleur bleue de la glycine fait ressortir la fabrique. Des azalées, des conifères, une alternance de feuillus et de persistants marquent un paysage qui compose des tableaux différents selon les saisons. La végétation demande une taille attentive pour garder une vue dégagée tandis qu’un imposant cyprès de Provence, rare en région parisienne, donne aux alentours d'un pavillon mauresque des airs de paysage méditerranéen.


Ambiances et inspirations
Ce pavillon original partage l’entrée de la grotte artificielle. D’emblée, le parcours plonge les visiteurs dans une ambiance exotique. Restauré voici une vingtaine d’années dans l’esprit du XIXè siècle, l'intérieur du bâtiment est orné de peintures murales évoquant l'Orient et de mosaïques réalisées par des artisans marocains. Dans les archives, le pavillon est parfois appelé « salle des baigneurs », peut-être parce qu’il a accueilli ceux qui profitaient de la pièce d’eau toute proche. Plus loin, le visiteur peut admirer deux ponts, dont un suspendu, qui permettent d’accéder à l’île et que la rumeur attribue à l’agence Eiffel.

Indispensable glacière
La butte artificielle, qui abrite la grotte, le pavillon et la cascade, a été érigée à l’origine autour de la glacière du domaine. Conçues pour conserver le plus longtemps possible la glace récoltée l’hiver, ces lointaines aïeules de nos réfrigérateurs sont enterrées ou recouvertes de buttes artificielles, souvent plantées d’arbres persistants, d’ifs en l’occurrence, qui procurent de l’ombre. On y entre par le nord, toujours pour conserver un maximum de fraîcheur. Devenue fruitier, elle accueille parfois les anciennes variétés de pommesduverger de l’arboretum.

En savoir plus

Ouvert tous les jours de 10h à 19h, entrée gratuite. Visites guidées gratuites samedi 25 et dimanche 26 août 2012 à 15h. Rendez-vous au 102, rue de Chateaubriand à Châtenay-Malabry. Renseignements au 01 41 13 03 83  Maison de Chateaubriand et parc de La Vallée-aux-Loups
Site internet

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Dans la médiathèque

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels