Patrimoine

Sceaux

Domaine départemental de Sceaux : les pavillons et leurs mystères

CG92, PARC DE SCEAUX

Évoquer les pavillons du Domaine départemental de Sceaux, c’est retracer l’histoire d’un site prestigieux et de ses propriétaires successifs. C’est aussi mettre en lumière des bijoux d’architecture dont certains sont parvenus jusqu’à nous.

À l’époque de Colbert, le pavillon des Quatre vents marque la fin de la promenade, au sud-est du domaine. Sans doute abattu à la fin du XVIIe siècle, il aurait abrité un décor allégorique du premier peintre de Louis XIV, Charles Le Brun, probable écho aux bassins d’Eole et de Scylla. Autre bâtiment aujourd’hui disparu, le pavillon du Jardin de la Ménagerie construit pour les divertissements de la duchesse du Maine, ses dîners et autres fêtes. Construit à la place d’un moulin du XVIIè siècle au nord-ouest du domaine , Visiter le pavillon de l’Aurore, sur une éminence, ce pavillon richement décoré et à l’intérieur raffiné offrait un large point de vue sur les environs. Sur les frontons de ses façades, on distinguait ruches et abeilles, emblèmes de la princesse.


L’Aurore y chasse la Nuit
C’est au début des années 1670 que Colbert fait construire le pavillon de l’aurore au milieu d’un jardin potager. Il est toujours visible aujourd’hui, entouré de parterres. Pour ce bâtiment, il choisit une architecture délicate, inspirée de modèles italiens et commande à Charles Le Brun un décor allégorique pour sa coupole. Entre astronomie, poésie, politique, l’artiste compose un décor fastueux sur le thème du renouveau avec l’Aurore qui précède le Soleil, tel Colbert favorisant par son action le règne du monarque


Secrets d’alcôve et haute joaillerie
La façade du pavillon de Hanovre provient du jardin de l’hôtel particulier du maréchal de Richelieu, boulevard des Italiens, et elle a été remontée pierre par pierre dans le parc de sceaux en 1932. À paris, ce pavillon était dédié aux plaisirs de l’arrière-petit-neveu du cardinal ministre et, selon la légende, c’est dans ses salons que la duchesse du Varry aurait été présentée à Louis XV. Ce pavillon terminé en 1760 a coûté à lui seul 100 000 écus et la chronique attribue son financement aux rapines de l’expédition de Hanovre perpétrées par le maréchal. Restauré auXIXe siècle et isolé de l’hôtel particulier, il devient restaurant, puis hôtel meublé et accueille à la révolution fêtes, concerts, bals, petits spectacles et feux d’artifices. Maison de jeu sous le directoire, le pavillon redevint ensuite un lieu public avant d’accueillir la célèbre maison Christofle.

En savoir plus

Visitez le pavillon de l'Aurore, admirer sa couple et le décor allégorique peint par Charles Le Brun - Visites guidées le vendredià 15h.
Site internet du domaine de Sceaux : cliquez ici

  • Imprimer
  • Agrandir le texte
  • Envoyer à un ami

Dans la médiathèque

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels