Patrimoine

La Caserne Sully, patrimoine d'avenir

Caserne Sully - CD92/WL,

Les Archives départementales préparent leur future installation sur le site de la caserne Sully, à Saint Cloud, et étudient l’histoire du bâtiment Charles X qui doit les accueillir à partir de 2022.

Des recherches approfondies portent sur l’histoire de l’édifice qui va être restauré pour devenir un lieu ressources et d’interprétation de l’histoire de l’ouest parisien, en lien notamment avec le musée départemental Albert-Kahn et La Seine Musicale.

Au XIXe siècle, les origines
Le bâtiment porte le nom du roi Charles X, mais c’est en réalité son frère, Louis XVIII, qui décide de la construction d’un hôtel pour ses gardes du corps à Saint-Cloud. Actée en 1818, la construction de l’hôtel est réalisée entre 1825 et 1827, sur l’emplacement de l’ancien jardin potager du château devenu au XVIIIe siècle le jardin particulier du duc de Chartres.

Sa construction est mal connue en l’état actuel des recherches. On en attribue néanmoins la paternité à Eugène Dubreuil (1782-1862), architecte des bâtiments du Roi de 1824 à 1848, confirmant l’intérêt de préserver l’enveloppe de ce bâtiment, mais également de lui donner une vocation culturelle et patrimoniale et d’en valoriser l’architecture et l’histoire.

Une caserne aux portes de Paris
L’hôtel des gardes du corps est opérationnel en 1828. Il est affecté au département de la Guerre,à titre provisoire en 1831 et à titre définitif en 1834, « pour les besoins du service militaire », les compagnies de gardes du corps ayant été dissoutes après la révolution de 1830.

Les mémoires et les rapports de l’administration du Génie livrent de précieuses informations, sur le nombre et le quotidien des soldats ainsi que sur les travaux menés de 1832 à 1875. Pendant la guerre de 1870, la caserne a été brûlée parles Prussiens, postérieurement au château, etré habilitée en 1872-1873. Le département de la Guerre obtient la cession des communs par décret présidentiel du 18 janvier 1873, occasionnant des frictions avec l’architecte du château qui s’inquiète de l’appropriation par cette administration de larges pans du domaine.

Jusqu’à la veille de la Grande Guerre, la physionomie de la caserne évolue peu avec le bâtiment principal des années 1820 et le bâtiment des années 1850 dédiés au casernement des troupes, divers bâtiments annexes contre le mur de soutènement de la rampe du château et contre le mur du parc pour les « ordinaires » (cuisine,magasins, laverie, maréchalerie…), ainsi que le mess des officiers et ses dépendances en contrebas.

Rechercher dans l'agenda

Catégories

Annuaire des lieux culturels